Question du projet de fin d’études

Situez la commande des centres récréatifs des années 50-60 dans la politique du nouveau service des parcs de Montréal, créé en 1953, et dirigé par Claude Robillard.

À propos

Suite à l’obtention d’un baccalauréat en urbanisme de l’Université du Québec à Montréal, j’ai décidé de poursuivre ma formation au DESS en architecture moderne et patrimoine. Le DESS m’a permis de combler mon intérêt pour le développement urbain, le patrimoine bâti et sa sauvegarde tout en approfondissant mes connaissances sur l’architecture moderne. Ainsi j’ai pu explorer les notions et concepts spécifiques à cette architecture du XXe siècle au Québec et ailleurs.

Une architecture moderne pour les centres récréatifs

À Montréal, la création des centres récréatifs s’inscrit dans le développement des parcs depuis le XIX siècle. Premièrement, l'aménagement des parcs connaît une évolution qui correspond à celle de la planification urbaine. L’étude a tenté d’établir que le service des parcs de Montréal, créée en 1953, a constitué une politique de développement des parcs intégrant les centres récréatifs. En effet, elle révèle l’existence de trois phases évolutives expliquant le développement des parcs au cours de l’histoire de Montréal : « les parcs de contemplation » comme le Mont-Royal, les « parcs de jeu » à caractère social revendiquer par des associations comme la Montreal Parks and Playground, ainsi que des « parcs récréatifs et sportifs ». La création des parcs issus de cette dernière phase connut un essor considérable dû aux actions entreprises par le service des parcs sous la direction de Claude Robillard. Ce service avait pour objectif de planifier de nouveaux aménagements pour les parcs. Une politique permit donc de normaliser l’aménagement des parcs et d’influencer la commande des centres récréatifs. De plus, les ententes de parcs-écoles avec les commissions scolaires profitèrent à la création de plusieurs centres récréatifs que l'on retrouve aujourd'hui dans les parcs montréalais.

Site web