Question du projet de fin d’études

Comment saisir l’intangible ?

À propos

AGIR sur l’espace qui nous entoure par l’implantation de dispositifs, éphémères comme permanents. INTERVENIR dans la transformation significative d’un espace à travers ses relations avec les usagers. RÉFLÉCHIR à la mise en place d’aménagements intemporels, évolutifs et adaptables aux différents besoins. CONCEVOIR à différentes échelles : objets, espaces architecturaux et milieux urbains. S’INSCRIRE de manière responsable, saine et soucieuse du contexte existant.

L'air de rien

À la fois présents, mais invisibles, les courants et les vents nous entourent, nous transportent. Capter ces passages à travers la délimitation d’une matière : l’air. Des dispositifs qui créent leur propre espace. Des formes vides à l’intérieur d’un vide. Des formes en mouvement dans l’espace. Se laissant porter par le vent. Se déformant selon les contraintes d’environnement. Une exploration poétique de la station de métro Place Saint-Henri qui permet de réenchanter ce lieu de passage du quotidien et de se retrouver un instant conscient des vides environnants.

Mirage

Scénographie lumineuse immersive et éblouissante. Des structures métalliques habitent l’espace du Jardin Sanguinet de l'UQAM, transformé par la lumière et ses réflexions. Le visiteur est encouragé à s’y promener, s’émerveiller. Oeuvre réalisée dans le cadre de la 1re édition du festival Illuminart pour l'événement Montréal en lumière.

voir le projet

152 moteurs

152 moteurs à courant continu, balles de coton, boîtes en carton de 60 x 60 x 60 cm de Zimoun est une proposition d’exposition pour le Centre canadien d’architecture. Elle réunit contemplation et documentation. L’expérience auditive immersive de cette installation sonore cohabite avec la géométrie du lieu.

voir le projet