Question du projet de fin d’études

Le mou a-t-il sa place dans l’espace public urbain ?

À propos

Karin a d’abord complété un baccalauréat en design de l’environnement à l’UQAM en 2016 pour ensuite compléter sa formation au DESS en design d’évènements. Elle aborde le design comme une pratique multidisciplinaire où les différentes échelles d’interventions (l’objet, l’architecture, la ville) entretiennent des liens étroits. Elle s’intéresse à la question du mobilier intégré à l’architecture et, plus précisément, à la façon d’organiser et d’occuper efficacement des espaces exigus.

Molla, -am, -ae

Ce projet prend la forme de nouvelles assises publiques qui vont à l’encontre des conventions actuelles de l’urbanisme : des objets mobiles, malléables, modulables, colorés, variables, instables... Or, quand le mou se confronte au dur, il se produit une rencontre complémentaire, bien que paradoxale. Ce contraste est vecteur de surprise pour les habitants de la ville, et induit des réactions variées, il ne peut laisser de marbre. Il s’avère que le moelleux engendre un contact forcément plus personnel, ludique, mais aussi rassurant, car rappelle le cadre intérieur, de la vie privée, du chez-soi.

Les Molla,-am,-ae, sont une espèce d’assise malléable présentant trois déclinaisons, qui s’incarnent à travers trois tailles, trois contenus et trois fonctions qui répondent à trois typologies de lieux urbains. Ce projet prend donc l’orientation d’un inventaire et d’un «urbanisme tactique» où la ville devient un laboratoire dont on expérimente l’aménagement.

Hygrométrie

Comment tisser des parallèles entre le caractère évolutif du savoir et une intervention en design? Hygrométrie est une exploration de transformation de la paroi du Pavillon Judith-Jasmin, au moyen d’une intervention évolutive composée de feuilles de placage d’érable. Elles se replient en fonction du taux d’humidité ou au contact de la pluie.