Question du projet de fin d’études

Quelle trajectoire a pris l’architecture moderne à Alger dans l’Algérie coloniale et postcoloniale et quelles ont été les formes développées le long de cette période?

À propos

Finissante en DESS architecture moderne et patrimoine, je suis également diplômée de l’École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger depuis 2012. Arrivée au Québec en 2015, après avoir acquis deux années d’expérience dans le monde architectural, j’ai d’abord poursuivi une mineure en études urbaines à l’UQAM avant de me rediriger vers l’architecture et le patrimoine. Ayant toujours développé un intérêt pour le patrimoine, le DESS m’a permis de satisfaire ma curiosité, j’ai ainsi pu élargir mes champs de compétence en alliant trois domaines connexes que sont l’architecture, l’urbanisme et le patrimoine.

L'architecture moderne à Alger 1930-1980

L’architecture moderne en Algérie et plus particulièrement à Alger s’est déclinée durant le 20e siècle en trois grandes périodes conditionnées par des paramètres sociaux, culturels et politiques. Les deux premières périodes s’inscrivent sous l’égide coloniale : d'abord celle comprise entre 1930 et 1950 correspondants au début du modernisme dans une volonté d’inscrire la ville dans la modernité et qui est caractérisée par une production architecturale transitionnelle entre modernité et tradition. S’en suit celle de 1950 à 1962 inscrite dans un contexte de crise de logements accrue et de révolte sociale. Cette période fut marquée d’une part, par la production de grands ensembles modernes appliquant certains principes corbuséens, d’autre part et dans une moindre mesure, la production d’une architecture d’influence locale. La troisième et dernière période qui débute à partir de l’indépendance de 1962 et qui s’échelonne jusqu’aux années 1980 est caractérisée, quant à elle, par l’abondance des mises en chantier et l’émergence de projets de prestige exploitant principalement une architecture moderne expressive et plastique témoignant d’une volonté de rupture avec le passé colonial et d’une quête d’identité algérienne propre.

voir le projet